Carnet de voyages – À la découverte des villages pittoresques de Corse

Pour notre premier jour en Corse, les tongs et les paréos sont restés dans la valise. Nous avons d’abord souhaité visiter des petits villages pittoresques (loin de l’agitation touristique). Un bon moyen de se plonger dans la Corse authentique ! Au menu : Erbalunga et Vescovato. On vous embarque…

Un petit village traditionnel de pêcheurs du Cap Corse : Erbalunga

Pour notre première ballade en Corse, nous nous sommes rendus à Erbalunga. Un site incontournable à découvrir si vous souhaitez visiter le Cap Corse. Installée sur la côte Est du Cap Corse à seulement 10 kilométres de Bastia, Erbalunga fait parti des 8 hameaux qui composent la commune de BrandoC’est un petit village de pêcheurs remarquable par sa tour génoise ruinée construite aux 16ème siècle sur un rocher à l’entrée de son port (classé monument historique depuis 1995) dominant la mer.

Pêcheurs, oui mais pas que. Les habitants d’Erbalunga, exerçaient, dans la 2ème partie du XIXème siècle et au début du XXème siècle, en plus des métiers liés à la marine, d’autres activités. Ainsi, le géranium rosat était cultivé pour en extraire une essence qui était expédié expédiée aux Parfumeries de Grasse. Les femmes exerçaient souvent des professions de blanchisseuses, couturières. D’ailleurs, des notables de Bastia et de plusieurs villages du Cap Corse envoyaient leur linge à Erbalunga, longtemps transportés par barque. Les bergers étaient peu nombreux à résider dans le village. Ils étaient seulement de passage avec leurs troupeaux.

Sur les deux photos ci-dessous, je porte une petite robe Pimkie d’une ancienne collection.

Les maisons sont presque les pieds dans l’eau.

Nous avons souvent rencontré des lézards lors de notre séjour : 

L’Eglise St Erasme s’élève sur une terrasse à l’entrée du village et abrite les croix portées par les pénitents de la semaine sainte. La procession se tient chaque année le 2 juin avec bénédiction de la mer et des bateaux.

Les ruelles sont pittoresques.

Le village est très paisible (nous n’avons pas croisé beaucoup de touristes) et ne prend pas beaucoup de temps pour être visité. Un excellent endroit donc pour flâner dans les ruelles pavées, les passages voûtés et les places agréablement ombragées par les platanes et les palmiers. Et si vous aimez quand ça bouge pas de panique : chaque année à la mi-août, se déroule le Festival de musique d’Erbalunga qui accueille depuis 1989 les grands noms de la musique Française.

Erbalunga est depuis longtemps un lieu prisé des notables locaux et des touristes. Vers 1860, un restaurant ouvre ses portes avec l’arrivée des premiers visiteurs. 

Erbalunga est surnommé « Le nid aux peintres ». En effet dans les années 30, le village a inspiré de nombreux peintres insulaires venus l’immortaliser.

En repartant d’Erbalunga, nous avons choisi de quitter la route du littoral pour faire un peu de grimpette (en voiture bien sûr). Les routes étroites nous ont tout de même permis de photographier quelques villages nichés à flanc de montagne (sans certitude nous pensons qu’il s’agit des villages de  Pozzo et Poretto). Encore une fois, les paysages sont magnifiques !

Vescovato, un roc bâti dans une marée de verdure

C’est en empruntant une petite route de montagne que nous avons découvert presque par hasard Vescovato et avons été charmés.  Comme vous pouvez le remarquer, la végétation y est abondante. Cela est dû, d’une part, au fait qu’elle soit l’une des villes les plus arrosées parmi le littoral corse mais aussi de par son climat méditerranéen. En effet, elle bénéficie d’un climat sec en été et de précipitations importantes au Printemps et en Automne.

Ancien évêché, chef lieu du canton, sa création remonte au 14ème siècle. La Commune tire son nom de Vescovato, « évêché » en italien. C’est aux environs de 1269 que l’évêque de Mariana, Opizo Pernice décide de bâtir sa demeure sur une colline et nomme le lieu Belfiorito.Puis, au fil du temps, avec l’habitude de dire que l’on monte en visite chez l’évêque : « Al Vesco vado » (traduction : je vais voir l’évêque), le village de Belfiorito finit par prendre le nom de VESCOVATO.

Au loin, depuis notre voiture, l’architecture des maisons et leur disposition nous semblaient tellement improbables que cela méritait bien une petite visite !

Petite géolocalisation Google Maps pour nous situer : oui oui nous sommes bien à Vescovato !

Sur la photo ci-dessous, vous apercevez l’église paroissiale Saint-Martin datant du XIVème siècle. Celle-ci a été remaniée de nombreuses fois. Elle est de style baroque mais garde également une partie de son architecture romane d’autrefois. La fondation du village s’est bâti tout autour d’elle ! 

Vescovato ressemble a une forteresse médievale avec ces grandes maisons aux toits de lauzes (en pierre).

De nombreux commerces s’organisent autour de la très belle place principale, qui abrite le Monument aux Morts et la belle fontaine entourée de marches arrondies et surmontée d’un grand aigle (emblème du village).

Le site archéologique de Mariana : une cité antique romain témoin de 2000 ans d’Histoire

Non loin de Vescovato et (vraiment) tout proche de notre résidence, nous nous sommes rendus sur le petit site archéologique de Mariana qui abrité jadis une cité antique. Situé sur la commune de Lucciana au sud de Bastia, la cité antique de Mariana (dont le nom vient du général romain Marius) fût découverte en 1936 par des archéologues. Des vestiges et objets retrouvés sur place (céramique, verrerie…) ont révélé la présence d’une colonisation romaine il y a plus de 2000 ans.

À proximité du site archéologique, un musée a été érigé avec comme objectif de préserver et transmettre le patrimoine culturel des lieux. Faute de temps, nous n’avons malheureusement pas pu le visiter.

Le site archéologique est accolé à l’église de Canonica (Santa Maria Assunta) situé à quelques centaines de mètres (à vol d’oiseaux) de l’aéroport de Poretta.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *